L’Association AGIR participe à la Rencontre Technique des groupes de travail du Projet POCTEFEX-Alboran, 19-21 juin

L’Association AGIR a participé parmi plus de 50 techniciens et experts de la conservation de la Mer d’Alboran venus du Maroc et d’Espagne se sont réunis à Malaga du 19 au 21 juin pour une Rencontre Technique, dans le cadre du projet POCTEFEX-Alboran. Cette rencontre avait pour but l’analyse de l’état actuel des aires marines protégées, des cétacés et tortues marines, de la gestion intégrée des zones côtières et du changement global en Mer d’Alboran.

Dauphins pnahS

L’Assoication AGIR a pu débattre des principaux problèmes environnementaux qui affectent cette zone de la Mer Méditerranée et on a été très satisfait que l’approche écosystémique qui est la base ne notre stratégie d’action soirt considéré par l’ensemble comme un axe clef  pour la durabilité future de la région en paralléle avec l’autre axe clef du changement global. Les principaux problèmes environnementaux signalés par les experts sont, entre autres, le changement d’utilisation du milieu, l’occupation intensive du littoral, le changement climatique, le transport maritime et la pollution.

M. NIBANI Houssine a participé au groupe de travail des aires marines protégées, qui ont été identifiées comme des espaces potentiellement multifonctionnels, pouvant offrir de nombreux services écosystémiques et socioéconomiques utiles pour la gestion de la conservation en Mer d’Alboran. Ainsi, parmi les actions à réaliser conjointement par les deux rives, les experts ont insisté sur la nécessité d’identifier des codes de bonnes conduites qui montrent comment une gestion efficace de la conservation peut contribuer à améliorer les activités socioéconomiques de la zone.

Lors d’un autre atelier de cette rencontre, M. NIBANI Houssine  a été sollicité par le groupe des experts pour relater l’expérience des opération de recensement des cétacés Delphis 2009 et 2010  . ils ont pu réunir des informations sur tous les groupes de recherche et tous les projets relatifs à l’état de conservation des cétacés et des tortues marines qui ont lieu en Mer d’Alboran. Ils ont ainsi mis en évidence la grande quantité de connaissances disponibles sur ces espèces, en particulier sur la rive Nord. Les experts ont aussi identifiés les activités problématiques qui leur sont néfastes, comme par exemple la surpêche, les captures accidentelles, les nuisances anthropiques ou la pollution. Comme initiative conjointe a été proposée la mise en place de recherches, notamment sur la répartition spatiale de ces espèces. Enfin, les experts ont souligné le besoin de renforcer la collaboration entre les réseaux d’échouage.

Par ailleurs, cette Rencontre Technique a permis l´échange d’informations sur le degré d’application des modèles de gestion intégrée des zones côtières sur les deux rives, en conformité avec le Protocole de la Convention de Barcelone qu’ont ratifié l’Espagne et le Maroc. Les experts ont souligné que la gestion intégrée des zones côtières est un instrument très utile pour la gouvernance du littoral et qu’il a besoin d’être renforcé par les responsables politiques. Ils ont également signalé la nécessité d’accroître sa visibilité dans la société civile, en particulier ses bénéfices pour une gestion durable.

L’objectif de cette Rencontre Technique était d’aider à créer les conditions pour des réseaux de travail entre les experts des deux rives, et de construire les bases scientifiques nécessaires pour établir des critères techniques pour la conservation de la Mer d’Alboran.

Cet événement a été organisé par le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’IUCN, en collaboration avec le Ministère Régional de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Environnement d’Andalousie, l’Université d’Almeria et le Département de la Pêche Maritime du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime du Maroc. La rencontre a été inaugurée par le Directeur Général de la Gestion du Milieu Naturel de la junte d’Andalousie, Javier Madrid, et par le directeur du Centre de Coopération pour la Méditerranée, Antonio Troya.

Le projet Alboran est financé par le Programme Opérationnel de Coopération Transfrontalière Espagne – Frontières extérieures (POCTEFEX), une initiative européenne qui a pour but de développer la coopération entre l’Espagne et le Maroc, avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER). Le projet est coordonné par le Ministère Régional de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Environnement d’Andalousie, en partenariat avec l’Université andalouse d’Almeria-Centre pour l’évaluation et le suivi du changement global et le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’IUCN.

%d blogueurs aiment cette page :