Accueil > Uncategorized > Colloque international sur le Balbuzard au Muséum des sciences naturelles d’Orléans

Colloque international sur le Balbuzard au Muséum des sciences naturelles d’Orléans

août 20, 2013

ColloqBalbuz-2013Pano_800

AGIR fait participe au colloque international Balbuzard : 27 et 28 septembre à Orléans

balbuzard prés du Nid NIBANI Houssine  AGIRS

Les 27 et 28 septembre 2013, la LPO et le Muséum d’Orléans , avec l’ensemble des partenaires techniques et financiers, organisent un colloque international au Muséum des sciences naturelles d’Orléans.

L’enjeu est non seulement de faire la synthèse des connaissances et des savoirs-faires acquis dans le cadre de ce plan national, et de les faire partager au plus grand nombre, mais également de préparer la mobilisation des années à venir.
Outre les acteurs français, les collègues européens viendront faire partager les connaissances et expériences : Roy Dennis (Ecosse), Miguel Ferrer (Espagne), Nibani Houssine (Maroc), Tim MackRill (Angleterre), Pertti Saurola (Finlande), Daniel Schmidt (Allemagne), Andrea Sforzi et Flavio Monti (Italie).

Il a voulu pu faire connaitre cette La population du balbuzard du Parc National d’Al Hoceima, qui est l’une des plus importantes au niveau de la mer méditerranée, pourtant elle ne fut découverte qu’en 1983, en effet elle s’est abritée sur 40 kms dans les falaises côtières abruptes  de l’imposant massif calcaire des Bokkoyas .

Estimée en 1990 à une vingtaine de couple «  Hodkings , Beaubrun » ,  l’Association AGIR a pu constater une diminution de cette population grâce à ses données récentes de 2008 à 2013, elle a évalué un total de 18 nids potentiel dont 10 couples actifs en  2013

Plusieurs facteurs anthropiques ont accentué cette réduction , et se manifestent par des activités de pêche illégale, tel la pêche au sulfate de cuivre  et le chalutage prés des cotes , cependant la pêche à la dynamite, représente la menace la plus directe sur le futur de cette population, les dynamiteurs se mettent généralement à la hauteur des nids et visent les bancs de poisson, ce qui provoque d’une part le dérangement directe des couples reproducteurs  ;  d’autre part le massacre de la ressource marine .

Dorénavant les pêcheurs artisans sont devenus conscients qu’ils partagent le même sort du Balbuzard pêcheur, ils ont été amenés à adhérer à notre programme de recherche et planification participative, ce dernier préconise l’éradication de toutes les activités de pêche non responsable  et participent à  cotés de l’Association AGIR dans le suivi et la sauvegarde de cette espèce. d’agir avant d’atteindre une situation irréversible.

%d blogueurs aiment cette page :